Le Mondial de la bière : de Montréal à Strasbourg – partie 1

Publié: 18 août 2010 dans Bière, Femme, Gastronomie, Histoire, Voyage
Tags:, , , ,

(23 sept. – 20 oct. 2009)

Lors du bilan de la 15e édition du Mondial de la bière (1er juin 2008), Jeannine Marois, cofondatrice et présidente de l’événement depuis 2002, a annoncé la tenue d’un tout nouveau Mondial de la bière à Strasbourg en France. Elle avait alors souligné que Strasbourg, en tant que capitale brassicole et européenne, s’était avérée être un choix tout naturel. La concrétisation de ce beau projet étant en partie responsable de mon embauche dans l’équipe, j’étais aux anges lorsque Jeannine m’a annoncé que je partais travailler là-bas pendant un mois! Quelle chance de pouvoir être partie prenante dans cette belle aventure!

J’étais à peine arrivée à Strasbourg quand j’ai été invitée à un stammtisch. Selon Wikipédia, « le stammtisch est un type de tablée traditionnel dans la culture allemande et autrichienne » et typique de la région alsacienne. « Ce genre de réunion se fait généralement dans un coin réservé d’un bar ou d’un restaurant et permet aux gens de se retrouver autour d’un repas ou d’une bière pour discuter et s’amuser. »

Stammtisch

C’est exactement ce que nous avons fait, de 12 h à 20 h… Et comme il faisait vraiment très beau, nous avons bu notre bière nos bières sur la terrasse. Bien installée au soleil, une bonne bière à la main, j’ai pu observer l’immense, belle et majestueuse cathédrale Notre Dame de Strasbourg.

Crédit photo: Marilou Caty

« Prodige du gigantesque et du délicat » selon Victor Hugo, la cathédrale Notre Dame de Strasbourg est une cathédrale catholique romaine représentative de l’architecture gothique. Le chantier de la cathédrale telle qu’on la voit maintenant a commencé en 1176 et ne s’est achevé que plusieurs siècles plus tard, en 1439. (Source : Wikipédia)

Plusieurs histoires circulent au sujet de cette gigantesque cathédrale. En voici deux qui m’ont été contées par des amis alsaciens. J’ai trouvé des informations sur la première, elles sont tirées de Wikipédia. Je rédige la deuxième de mémoire.

« Une légende raconte que l’édifice repose sur d’immenses pilotis de chêne qui s’enfoncent dans les eaux d’un lac souterrain sur lequel rôderait une barque sans passeur, mais dont on entendrait néanmoins le bruit des rames. L’entrée du souterrain se situerait, selon la légende, dans la cave d’une maison juste en face de la cathédrale. Elle aurait été murée il y a plusieurs siècles. »

Dans les faits, la cathédrale a effectivement été construite sur pilotis enfoncés dans la nappe phréatique et remblayés, car le terrain glaiseux et mouvant était peu propice à la construction. Lors de travaux au XIXe siècle, le niveau de la nappe phréatique baissa. Les pieux se mirent à pourrir et la tour nord commença à s’affaisser. En 1906, il fallut la soulever pour injecter du béton sous ses fondations.  (Source : Wikipédia)

Une autre légende raconte qu’un artisan sculpteur qui travaillait à la devanture de la cathédrale était victime de commentaires disgracieux de la part de l’évêque de l’époque. En effet, celui-ci ne cessait de répéter à qui voulait l’entendre que les statues n’avaient absolument rien de divin et que l’artiste lui-même était sans grand talent. Choqué par ces déclarations, l’artisan se vengea en insérant dans son oeuvre une représentation de l’évêque en question…

Dans les faits, je n’ai trouvé aucune information confirmant ou infirmant cette histoire… Toutefois, regardez bien au centre de la photo… Parmi tous ces personnages, il y en a un seul dont on ne voit pas le visage…! (Cliquez sur la photo pour la voir en gros plan)

L'évêque

Dire que ce trou-du-cul est là depuis le XIIe siècle! Quel magnifique pied de nez à la Sainte Église Catholique! J’ajoute que je lui en ai fait un moi aussi, dans le stationnement juste à côté, mais cela, c’est une autre histoire…

Bien sûr, qui dit France, dit bonne bouffe! Ma première (et deuxième) fondue au fromage à Strasbourg a été dégustée Au Caquelon (9, rue des Tonneliers). Nous y avons été très bien accueillis, et ce, même si nous avons dérangé les autres clients parce que nous parlions trop fort! La troisième fois, nous avons décidé de faire changement et d’aller à quelques pas de là, à la Cloche à fromage (27, rue des Tonneliers) qui porte très bien son nom d’ailleurs (voir photo)! Je recommande l’un ou l’autre de ces restaurants, un vrai délice!

Et qui dit France, dit également bonne bière! Entre ces deux fabuleux restaurants, j’ai également découvert un endroit très agréable, le bar Les Berthom, l’un des meilleurs bars à bière de Strasbourg à mon avis (18, rue des Tonneliers). Quel nom prédestiné! « Le décor, les meubles en bois, les murs peints sont inspirés de celui d’un estaminet flamand traditionnel » et donnent à l’endroit une ambiance chaleureuse, doublée d’un personnel fort sympathique. (Source: http://www.lesberthom.fr)

Crédit photo: Marilou Caty

J’y ai terminé plusieurs de mes soirées, question de me détendre un peu et de rencontrer quelques beaux spécimens de mâles alsaciens! Que dire de plus? J’avais juste le goût de chanter I Gotta Feeling !

Pour ceux qui se poseraient la question, participer à l’organisation de la première édition d’un festival de bière à Strasbourg, CE N’ÉTAIT PAS DES VACANCES!! Ni avant, ni pendant… après oui par exemple! Le premier Mondial de la bière – Strasbourg, Europe s’est ouvert le vendredi 16 octobre 2009. Le festival a été bien accueilli, l’achalandage a été satisfaisant et les partenaires ont conclu à un succès prometteur. Pour voir des photos, cliquez ici.

Il est à noter que le jury international d’experts du concours professionnel MBière ainsi que les visiteurs ont beaucoup apprécié la bière québécoise. En effet, l’équipe de la microbrasserie Dieu du Ciel! (Montréal), s’est vu décerner une médaille d’or au concours professionnel pour sa bière Rigor Mortis Abt, ainsi que deux médailles de bronze (ex aequo) au concours Grand Public pour la Rosée d’hibiscus et la Dernière volonté. Quant à elle, la microbrasserie La Chouape (Saint-Félicien) a également remporté une médaille d’or au concours professionnel MBière pour la Chouape ambrée amère.

En conclusion, cette première expérience alsacienne a été riche en découvertes gastronomiques et brassicoles. J’ai passé un séjour très intéressant à Strasbourg, bien qu’il m’a fallu quelques jours de repos pour me remettre de mes émotions…

Crédit photo: Sylvain Gassmann

Mon aventure européenne se poursuit à Berlin, pour des vacances bien méritées… La suite, dans le prochain billet!

 Pour lire la suite, le Mondial de la bière: de Montréal à Strasbourg – partie 2, cliquez ici.

Publicités
commentaires
  1. Freddie dit :

    Les informations ici présentes sont relativement intéressantes. J’ai beaucoup aimé, cet article est vraiment bien ficelé et agréable à lire. Pas mal du tout.
    Elsa Bastien / streetpress.com

    J'aime

  2. […] est maintenant terminée. Pour lire le résumé des deux dernières éditions, cliquez ici :  Le Mondial de la bière : de Montréal à Strasbourg – partie 1 et Le Mondial de la bière : de Montréal à Strasbourg – partie 2. Un autre beau voyage à mon […]

    J'aime

  3. […] Le Mondial de la bière : de Montréal à Strasbourg – partie 1 Sujets abordésactuali Actualité Affaires publiques Bière Blogue cinéma Communication Femme Gastronomie Histoire Hockey Opinion Publicité Relations publiques VoyageBillets à venir • Philadelphie (États-Unis) • New York (États-Unis) • Toronto (Canada) • Strasbourg (France) — partie 2 Restez à «la fût»! […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s