Rimini ou les aléas de la langue

Publié: 27 août 2010 dans Bière, Communication, Voyage
Tags:, ,

(18 au 24 février 2010)

(Prémisse) On dit souvent que l’italien ressemble au français parce que ces deux langues ont des racines latines…

(Déroulement) Je voulais le constater par moi-même en février dernier alors que je me rendais à Rimini en Italie pour le Pianeta Birra, le plus important salon européen dédié à l’industrie de la boisson.

Pianeta Birra (événement SAPORE)

(Constat) Ma connaissance de l’italien était assez limitée, pour ne pas dire complètement nulle. Je me suis donc acheté un cours d’italien méthode autodidacte afin d’apprendre quelques mots d’usage courant comme «bonjour» et «merci». J’ai également appris à compter jusqu’à 10… en me disant que ça pouvait toujours servir!

(Commentaire) C’est fou comme ces méthodes fonctionnent bien lorsqu’on les pratique dans son salon!

(Déroulement) Heureusement, une collègue italienne était également du voyage, mais il m’est vite apparu évident qu’avec les nombreuses questions des visiteurs et les rencontres avec les brasseurs, elle allait être débordée!

(Commentaire) J’ai eu un choc culturel lorsque je me suis aperçue que:

1) Personne ne parlait ou ne comprenait le français

2) Peu de gens parlaient anglais

3) L’espagnol m’a le plus souvent aidé à me faire comprendre!!

(Question) Comme le veut la rumeur, les Italiens sont effectivement beaux, galants et souriants, mais au-delà du sourire, comment fait-on pour se comprendre?

(Réponse) J’ai donc décidé de prendre quelques cours privés, question de me délier la langue et de bien profiter de mon voyage!

(Commentaire) Dans un festival de bière, ce n’est pas les professeurs volontaires qui manquent! De toute façon, tout le monde sait qu’il est plus facile de parler une langue étrangère après quelques verres de bière…

(Anecdote) Bien des situations cocasses peuvent arriver à cause des différences de langage. Au moment de nous inscrire au Pianeta Birra, nous avons reçu le formulaire en anglais. À la question: De quel matériel avez-vous besoin?, nous avons coché: Ice bucket (bac à glace). Vous auriez donné 100 $ pour voir la tête que nous avions lorsque le fournisseur nous a apporté notre bac à glace… ou plutôt notre bac EN glace (voir photo)!!! Cette erreur de communication s’est avérée heureuse, car notre bac en glace est devenu une réelle attraction touristique!

Bac construit avec de la glace

(Anecdote) Profitant de cet engouement et puisque dorénavant, la majorité des gens connaissaient Vancouver – ville-hôte des Jeux olympiques d’hiver qui se déroulait au même moment – j’ai fait croire à de nouveaux amis que nous avions construits notre bac en glace au Canada, avec de la glace ramassée directement sur les pentes de ski!!! Ils m’ont cru… J’aurais pu être méchante et les laisser raconter cette histoire dans leur party de famille jusqu’à ce qu’un vague cousin éloigné leur dise que c’était impossible étant donné les 3 700 kilomètres qui séparent les deux villes… J’ai préféré les traiter avec respect et les sauver d’une humiliation certaine, mais j’ai eu un méchant fou rire!!!

(Déroulement) En plus de notre bac en glace, nous avions également plusieurs autres avantages: 1) nous étions seulement des femmes dans notre kiosque et 2) nous avions apporté une centaine de bières pratiquement inconnues ! À cet égard, notre ami Lorenzo Dabove a gentiment accepté de faire une présentation en italien sur les bières québécoises, canadiennes et américaines que nous avions avec nous.

(Anecdote) Lorenzo a, entre autres bières, choisi de parler de la La Corriveau de la microbrasserie Bilboquet (St-Hyacinthe). Il m’a alors demandé de raconter la légende de La Corriveau… avec une traduction simultanée!

(Finale) Quoi qu’on en dise, la langue italienne et la langue française ne se ressemblent pas, mais elles s’assemblent parfois en un tout digne de la commedia dell’arte!

(Santé!) Salute!

CLIN D’OEIL

(État d’âme) Mon accent du Saguenay s’est avéré être une arme de destruction massive dans le pavillon de la France… Succombant à mon charme, le sympathique chef cuisinier a décidé de m’adopter et par extension, de nourrir toute la famiglia del Quebec pendant le salon. Mille grazie!

Le chef et moi

Advertisements
commentaires
  1. Josée dit :

    même à l’autre bout du monde tu fais des ravages..Lollllll

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s