Archives de la catégorie ‘Actualité’

Beer

Samedi, je vais voir les Cowboys Fringants au Métropolis. Je suis une fan finie de ce groupe et je les adore encore plus en spectacle! Pour me mettre dans l’ambiance et parce que ce blogue parle de bière, voici le Top 10 des tounes à boire des Cowboys Fringants !

Les insuccès

Crédit photo

#1 : Mon pays (Motel Capri) : La chanson qui résume tout !

« Sur les plaines d’Abraham
L’armée trinquait à l’eau de vie (BIS)
Et tout en bas de la falaise
Les Anglais prenaient fusils (BIS)
[…]
Si Montcalm n’avait pas été soul
Si l’armée n’avait pas pris un coup
Les Anglais frappaient leur Waterloo
Le Québec c’t’une histoire de boisson
Y’a d’l’argent à faire avec les saoulons
Y’ont ouvert la brasserie Molson »

#2 : Le Shack à Hector (Motel Capri) : Un hymne national au party !

« On a commencé à prendre un coup solide
Et c’est ainsi que s’entassèrent les bouteilles vides
Pendant qu’not’ nouveau chum Roger nous comptait des histoires salées
Ben nous autres on riait à gorge déployée…
[…]
A va être bonne à soir dans l’shack à Hector (Ho oui Monsieur !)
Ouvre la valise pis sort les bouteilles de fort
Et la morale de cette charmante histoire
Qui boit trop fort, s’en revient sans son char… »

#3 : Marine Marchande (Octobre) : Pas facile, la vie de couple !

« T’es méchante quand t’es saoule
Pis comme t’es toujours saoule
Ben t’es tout le temps méchante
C’est comme des portes tournantes
Alors oui j’ai signé
Pour pu’ te r’voir la grande !
Je me suis engagé
Dans la marine marchande

À boire, à boire car j’ai la gorge en feu
À boire, à boire pour les couples malheureux
À boire, à boire un dernier coup la grande
Je me suis engagé dans la marine marchande
Oui j’ me suis engagé dans la marine marchande »

#4 : Symphonie pour Caza (La Grande-Messe) : Parce qu’on connait tous un Caza !

« (Ha non… pas le matin…)
Caza s’est levé magané
En fait y s’est pas l’vé, y s’est jamais couché
Y’a passé la nuit à virevolter.
Son estomac fait des flick-a-flock
Y’a l’air d’un robineux habillé avec sa froc
Y’est couché en boule dans le fond du truck.
Mais le pire dans tout ça mes enfants
C’est que quand l’soir arrive y r’devient rayonnant
Pour un party y’é toujours partant

Caza ! Il est venu ! Caza ! Notre sauveur !
Caza ! Notre lumière ! Caza !

DEUXIÈME MOUVEMENT:
PRÉLUDE À L’IVRESSE NOCTURNE

Vincent Caza est une vraie machine
Il vit toujours sa vie à full pin
Il arpente les bars, les bistros et les brasseries
Le gaz au fond, le pied dans l’tapis !
Une pinte de rousse ! (Une pinte de rousse !)
Dix pintes de rousse ! (Dix pintes de rousse !)
En s’enfilant une clope après l’autre
Une shot de fort ! (Une shot de fort !)
Deux shots de fort ! (Deux shots de fort !)
En cachant deux-trois bières dans son coat
[…]
Et on l’entend gueuler: à boire tabarnak ! »

# 5 : La Dévisse (Octobre) : Parce que dans la vie, il y a de bonnes raisons de boire…

« Fait qu’pour boucler mes fins d’mois
J’ai un side line de clown (oui madame)
J’fais des chiens en balloun
Les flos me r’gardent
Comme si j’tais d’la marde
Pis c’est comme ça qu’j’me sens
Quand j’voué la face d’leu’ parents
Qui m’trouvent carrément minable
J’voudrais m’cacher en-d’sous d’une table

Ça fait qu’à soir, j’me dévisse
Attends-moi pas
J’en vire une criss

Fak j’m’en va au bar
Avec mon vieux chum Richard (Chum Richard)
On boit ben peinard
À l’santé d’mes créances
Tant qu’à vivre d’la déchéance
V’nez m’saisir au plus sacrant
Pis prenez mon ex en même temps »

#6 : On tient l’coup (Que du vent) : Parce que le texte est sublime !

« Ça fait déjà un bail
que l’ami Cupidon
est venu visé Boulsaille
À un cœur de bière
de ce pauvre con
qui se noyait dans son verre.
Je sombrais au bar
comme un homme à la mer
quand t’es apparu comme un phare
Depuis ce moment,
t’es mon pied à terre
à l’abri de mes tourments.
[…]
Coucher en cuillère, coller sur ton derrière, t’es mon petit port de mer
À la fois la lumière et le gouvernail qui me ramène au bercail »

#7 : Mon chum Rémi (Break Syndical) : Pour tous ceux qui sont morts sur les routes en l’absence d’un bon chum

« Le gros donne-moi tes clés
Tu pètes la balloune
T’es ben trop paqueté
Pour chauffer ta minoune

Le last-call est passé
Y’a pu’ un chat dans’ place
Viens j’te paye un café
Au p’tit resto d’en face »

#8 : Party ! (Que du vent) : Cri de ralliement du week-end !!!!!!

« PARTY !
Nous aut’ à soir on fait le PARTY !
On boit d’la Bud pis on est funnés
Oui on est contents d’être heureux ! Yééé ! »

#9 : Shooters (Que du vent) : À la santé des bons travailleurs !

« Shooters ! Pour les nouveaux chômeurs
Shooters ! Pour les bons travailleurs
Shooters ! Apporte toute la bouteille qu’on s’nèye
Donne nous à boire st-ciboire!
À soir on a les idées noires !
[…]
Yves qui est mauditement paqueté
Aime mieux voir ça du bon côté
Y s’dit : mieux vaut en rire que d’en crever »

#10 : La Catherine (L’Expédition) : Parce que… c’est ça qui est ça !

« À 27 ans on pouvait dire
qu’elle était un peu tête en l’air
en d’autres mots elle n’était pas à son affaire.
Car malgré sa bonne volonté
Elle ne se sentait qu’à sa place
avec un bière au soleil sur une terrasse ! »

Santé!

biere

C’est se mettre beaucoup de pression sur les épaules que de lancer un nouvel événement de bières au Québec en se positionnant comme un anti-festival. Ça crée des attentes. Mais en même temps, ça pique la curiosité et j’avais le goût d’être surprise.

D’abord, je lève mon verre à l’équipe d’organisation de l’IBU. Sachant pertinemment la somme de travail que représente l’organisation d’un événement, elle a accompli rien de moins qu’un petit miracle ! Santé!

Le plus grand succès de l’événement, c’est sans conteste une impressionnante liste de bières à faire saliver les passionnés !! L’espace d’une fin de semaine, l’IBU était l’endroit parfait pour découvrir des bières qui viennent de loin, des bières exclusives ou des bières qu’on n’avait tout simplement pas encore eu l’occasion de savourer !

J’ai adoré l’idée des circuits de dégustations thématiques qui permettent, en un seul lieu, de faire le tour d’un style de bières. Dès mon arrivée, je me suis arrêtée au comptoir de la thématique Saison où j’ai dégusté :

IMG_1384

La Rasade, session saison IPA (Microbrasserie Aux Fous Brassants). Crédit Photo: Katchouk

Dans les pavillons régionaux, j’ai d’abord eu l’occasion de discuter avec Fred et Éric de la Microbrasserie Aux Fous Brassants située à Rivière-du-Loup. Je les ai rencontré quelques mois après leur ouverture à l’été 2012 lors d’un roadtrip brassicole (lire le texte ici) et j’étais vraiment contente de les revoir à Montréal. J’en ai profité pour parler avec eux de la croissance de leur microbrasserie (la production était de 52 000 litres en 2015 et elle dépassera les    80 000 litres en 2016 !) ainsi que des retombées touristiques de la Route des bières de l’Est du Québec.

La présence de nombreux brasseurs est certainement une autre belle réussite de l’IBU. Comme ils étaient bien identifié par un brassard orange fluo (comme on peut le voir sur la photo ci-dessous), il était facile de les reconnaître et de les approcher pour discuter un brin, le temps de quelques gorgées.

IMG_1404

Catherine Foster, brasseuse propriétaire, La Korrigane. Crédit Photo: Katchouk

C’est ce que j’ai fait avec Catherine Foster de la Brasserie Artisanale La Korrigane qui m’a confié que c’était la première fois qu’elle participait à un événement à l’extérieur de la ville de Québec ! Quelle chance pour les Montréalais ! Tout en discutant, Catherine m’a servi un verre de son Heffeweizen au thé du Labrador, une bière complexe, légèrement citronnée, mentholée et boisée. Une intéressante version de ce style de bière (sans le goût de banane !), adaptée à la culture nord-américaine et mettant en vedette un produit du terroir québécois!

IMG_1432

Heffeweizen au thé du Labrador (Brasserie Artisanale La Korrigane). Crédit Photo: Katchouk

Le thé du Labrador qu’elle utilise dans cette bière a été cueilli à la main dans le nord du Lac-Saint-Jean par l’un de ses nouveaux collaborateurs, le biologiste Fabien Girard, auteur du livre Le Secret des plantes. D’ailleurs, Fabien Girard donnera une conférence à La Korrigane le samedi 19 novembre prochain (deux jours avant le congrès de l’AMBQ) qui s’intitule : Les ingrédients de la forêt dans la bière. Surveillez l’événement Facebook. C’est un rendez-vous !

Au cours de mes différentes dégustations, j’ai beaucoup apprécié la Kölsch de la Barberie (une Kölsch su’a Kölsch! comme dirait un ami), mais mon coup de cœur va à Brasserie Auval Brewing co. pour sa bière sûre Arrière-pays Grisette, une vraie petite merveille !

IMG_1433

Crédit Photo: Katchouk

IBU – Immersion brassicole unique nous permet de découvrir des bières originales et surprenantes brassées partout sur le territoire québécois par des artisans exceptionnels, tout en profitant d’une belle journée avec des passionnés de bières. C’est exactement ce que l’on attend d’un événement brassicole. C’est donc mission accomplie pour cette première édition !

On remet cela l’année prochaine?

Le jeudi 18 juillet 1996, une gigantesque dépression cyclonique commence à se former au-dessus du centre du continent nord-américain. Source

Le vendredi 19 juillet 1996

Je revenais à Jonquière en autobus après quelques jours de vacances à Québec. En entrant dans le Parc des Laurentides, les policiers ont commandé au chauffeur de s’immobiliser. Avec la pluie qui tombait depuis déjà 24 heures, il y avait des risques d’inondation. Dans l’autobus, nous avons tous souri. Les Saguenéens, et particulièrement les chauffeurs d’autobus, sont habitués aux caprices de la route 175. Nous avons donc repris notre chemin.

Le samedi 20 juillet 1996

Je suis arrivée au travail à 8 h sous une pluie diluvienne. Depuis quelques semaines, j’occupais un poste d’agent à l’information touristique de Jonquière, au bureau d’Arvida. Pour ceux qui ne connaissent pas la région, Arvida est situé sur la route régionale 170, entre Chicoutimi et Jonquière. Le bureau d’information touristique était situé dans le Centre des Congrès relié à l’hôtel Hilton (à l’époque). Comme il avait plu toute la journée, peu de touristes s’étaient présenté. Je me rappelle avoir écouté la radio : les autorités annonçaient le décès de deux jeunes enfants à Ville de la Baie.

Ce soir-là, ma famille s’est réunie devant la télévision. Le choc des images. Je pense que c’est à ce moment que nous avons saisi l’ampleur — et l’horreur — de la situation. Impossible d’exprimer avec des mots le sentiment d’angoisse et d’impuissance qui nous a noué la gorge en pensant aux membres de notre famille, aux amis et aux collègues qui habitaient également la région.

Les 19 et 20 juillet 1996, une masse nuageuse s’est arrêtée au-dessus de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Cet événement météorologique a laissé entre 170 et 200 millimètres d’eau en 36 heures et 250 millimètres en 48 heures, ce qui équivaut à la quantité de pluie qui tombe généralement en un mois sur ce territoire. Source

Des images d’apocalypse montrent des maisons entraînées par le courant. Des rues entières disparaissent ; les nombreux réservoirs débordent alors que les barrages menacent de céder. Tandis que le reste du monde a les yeux tournés vers Atlanta et ses Jeux olympiques, le Québec a le regard rivé sur une petite maison blanche qui résiste tant bien que mal aux trombes d’eau. Source

petitemaisonblanche2

deluge10

Le dimanche 21 juillet 1996

8 h

J’ouvre le bureau d’information touristique. Il pleut encore.

9 h 15

Plusieurs militaires entrent dans le Centre des Congrès. Un haut gradé se dirige vers moi en m’annonçant que je travaille maintenant pour la Sécurité civile. L’armée a commencé à faire évacuer les résidents du quartier St-Philippe à Arvida à cause d’un filet d’eau — trop petit pour se retrouver sur les cartes de la ville — devenu rivière.

9 h 20

Avec l’accord de ma patronne, je mets nos installations à la disposition de la Sécurité civile.

9 h 30

Toutes les salles du Centre des Congrès sont ouvertes. Les militaires font une chaine humaine pour installer des centaines de lits de camp.

10 h

L’hôtel s’organise pour le service des repas.

10 h 30

Les premières personnes évacuées arrivent au Centre des Congrès. Bien que la majorité des gens soient calmes, l’angoisse est palpable.

10 h 45

On installe quelques télévisions dans la salle et le corridor afin que les gens puissent suivre l’évolution de la situation en direct.

11 h – 15 h

Les personnes évacuées arrivent par dizaine.

16 h 15

Les ambulanciers se présentent avec une femme enceinte de 8 mois. Sur le moment, on ne comprend pas pourquoi ils ne sont pas allés directement à l’hôpital. Ce sont eux qui nous apprennent que la route régionale 170 a été détruite à deux endroits, isolant du même coup Arvida, des hôpitaux de Chicoutimi et de Jonquière…

On m’avait assigné une tâche : gérer les personnes qui désiraient appeler leurs proches afin de les rassurer. Bien malgré moi, j’ai assisté à des conversations déchirantes et émotives, et comme il y avait seulement un téléphone et que les appels devaient être rapides, j’ai dû consoler plus d’une personne.

Ce soir-là, je suis retournée à la maison vers 1 h du matin. Il y avait beaucoup de travail à faire, mais je me sentais surtout coupable de retourner à la maison alors que des centaines de personnes inquiètes tentaient de s’accommoder tant bien que mal à leur lit de fortune.

Le 19 juillet 2000

Quatre ans plus tard, je suis retournée à Ville de la Baie pour revoir la maison de mon enfance située dans le rang St-Jean, exactement là où nous avions vu des silos à grain et des fermes être emporté par le courant. À mon arrivée sur les lieux, je n’ai pas reconnu l’endroit et je suis passée tout droit. Il ne restait plus rien : ni la maison, ni la butte sur laquelle elle avait été construite et où j’ai appris à faire du vélo, ni la montagne derrière où l’on cueillait des fraises des champs, ni le pont jaune suspendu au-dessus de la rivière en face de la maison. En fait, oui, il restait une chose : la rivière. C’est tout.

Je n’y suis jamais retournée.

On ne peut pas vivre une telle catastrophe naturelle sans en garder des marques et développer un profond respect pour la force de la nature.


Sur ce blogue, j’ai l’habitude de vous parler de bières, de bouffe et de voyages. Il n’y a pas de raison de faire autrement ! Alors, pour ceux qui seront à Saguenay du 21 au 24 juillet, la Voie Maltée présentera au Festival des bières du monde ses toutes nouvelles bières Déluge blonde, Déluge blanche et Déluge session IPA, un clin d’œil aux 20 ans qui ont passé depuis cette catastrophe et à l’évolution du goût des amateurs de bières.

Topo de Radio-Canada Saguenay

Santé!

Parce qu’au Québec, on ne fait pas juste de l’excellente bière, voici les lauréats du Concours les Grands Vins du Québec dans le cadre de la 10e édition de la Fête des Vins du Québec.

Catégorie : Grand Or

Vignoble Coteau Rougemont, St-Pépin 2013 (Vin blanc)

Domaine de Lavoie, Vendanges tardives 2011 (Vin doux ou de dessert)

Vignoble de l’Orpailleur, L’Orpailleur, Vin de glace 2012 (Vin de glace certifié)

Charles-Henri de Coussergues, Vognoble de l'Orpailleur

Charles-Henri de Coussergues, Vignoble de l’Orpailleur

Catégorie Vin blanc

OR

Vignoble du Marathonien, Cuvée Spéciale, 2014

Vignoble de l’Orpailleur, Cuvée Natashquan, 2013

ARGENT

Domaine des Côtes d’Ardoise, Riesling 2014

Vignoble Ste-Pétronille, Bout de l’île Réserve 2014

Vignoble Isle de Bacchus, Le 1535 Réserve 2011

Vignoble Côte de Vaudreuil, Côté Plateau 2014

Léon Courville Vigneron, Réserve Riesling 2012

Vignoble du Marathonien, Seyval Blanc 2014

Vignoble Les Artisans du Terroir, Prémices d’Automne Blanc 2014

Vignoble Le Mernois, Côte d’Alban 2014

Vignoble Les Vents d’Ange, Cuvée Catherine 2014

Vignoble de l’Orpailleur, L’Orpailleur Blanc 2014

 

Catégorie : Vin de glace certifié

OR

Vignoble du Marathonien, Vin de Glace 2012

ARGENT

Domaine de Lavoie, Vin de glace 2012

 

Catégorie : Vin doux ou de dessert

OR

Vignoble Rivière du Chêne, Cuvée Glacée des Laurentides, Vendanges Tardives 2014

Domaine des Côtes d’Ardoise, Givrée d’Ardoise, Vin doux 2014

Vignoble du Marathonien, Vendange Tardive 2013

Vignoble-Cidrerie Château de cartes, Frontenac Gris, Vendange tardive 2013

 

Catégorie : Vin effervescent méthode traditionnelle

ARGENT

Vignoble Gagliano, Donna Livia Blanc 2013

Vignoble Gagliano, Donna Livia Rose 2014

Vignoble-Cidrerie Château de cartes, Château de cartes Rosé, vin mousseux 2014

 

Catégorie : Vin rosé

OR

Vignoble de l’Orpailleur, L’Orpailleur Rosé 2014

Vignoble Centaure, Cristina 2013

ARGENT

Vignoble Les Vents d’Ange, Cuvée Marie-Rose 2014

Vignoble Isle de Bacchus, Les Filles du Roy 2014

Vignoble La Grenouille, Granota 2014

 

Catégorie : Vin rouge

ARGENT

Vignoble-Cidrerie Château de cartes, Château de cartes, Marquette 2013

Vignoble Isle de Bacchus, Village des Entre-Côtes 2014

Domaine Saint-Jacques, Réserve Rouge 2013

Vignoble Isle de Bacchus, Réserve Alexandre 2013

Vignoble Kobloth & Fils, Rouge Réserve 2012

Vignoble Le Cep D’Argent, La Réserve 2012

Vignoble Coteau Rougemont, Le Grand Coteau 2013

Vignoble du Marathonien, Marathonien Rouge 2014

BRONZE

Domaine des Côtes d’Ardoise, Côte d’Ardoise 2013

Vignoble Le Chat Botté, Le Chat Botté Rouge 2014

Vignoble Lano d’Or, Mosana 2014

Vignoble de l’Orpailleur, L’Orpailleur Rouge2014

Lauréats 2015

Les lauréats 2015

LA FÊTE DES VINS DU QUÉBEC

Date : 27 au 29 novembre

Horaire : Vendredi de 14 h à 21 h / Samedi de 13 h à 20 h / Dimanche de 12 h à 17 h

Lieu : Marché Bonsecours, 350, rue Saint-Paul Est, Montréal, QC H2Y 1H2

Entrée : 10 $ (incluant un verre de dégustation INAO)

Coupons de dégustation : 1 $ (dégustations à prix variés)

Site Internet : http://www.fetedesvins.ca

Facebook / Twitter / Instagram : @VinsDuQuebec

Mot clic officiel : #fetedesvinsqc

Santé!

IMG_0406

XXMTL Femmes + médias = l’heure du changement

Dans le cadre de la Journée internationale de la femme, XXMTL invite la population à contribuer au projet de création d’un événement mixte à la mi-octobre à Montréal qui permettra de réfléchir et de déterminer les actions à prendre afin d’assurer l’égalité et la représentation des femmes dans l’industrie des médias.

Pour quelles raisons est-il nécessaire d’organiser un événement sur «la représentation de la femme dans les médias» en 2015?

Le texte collectif Misogynie 2.0 : harcèlement et violence en ligne publié le 6 mars dans le journal Le Devoir résume bien la situation:

Lorsque nous prenons la parole sur le web, surtout pour dénoncer la violence sous toutes ses formes que subissent les femmes, le retour de bâton s’associe à une pluie d’insultes et de menaces: « Conne », « J’vais te venir dessus », « Féminazie », « Ostie, j’te fourrerais avec ta p’tite jupe», « Sale chienne », « Grosse truie », « Je te cockslaperais jusqu’à ce que tu fermes ta yeule », « Tu mérites de te faire gang raper », « Tu ne devrais pas avoir le droit de te reproduire », « Impossible qu’elle se fasse pénétrer par un homme sans qu’elle crie au viol », « Fermez don’ vos gueules… pendant qu’elles ferment encore! » Ceci n’est qu’un échantillon du refrain entonné ad nauseam par les graphomanes misogynes qui sévissent sur la Toile. Ces mots témoignent d’un sexisme, d’un antiféminisme, voire d’une haine des femmes si répandue qu’ils frôlent désormais la banalité.

De plus, XXMTL croit que

  • la popularité de la vidéo du discours d’Emma Watson pour la campagne de l’ONU HeForShe
  • l’indignation publique concernant l’affaire Jian Ghomeshi
  • l’onde de choc à la suite de la publication de menaces de mort à l’endroit de la critique de jeux vidéo Anita Sarkeesian
  • la vague de dénonciations d’agressions sexuelles sur Twitter avec les mots clés #BeenRapedNeverReported et #AgressionNonDénoncée

démontre que le momentum est idéal pour engager une réflexion collective sur l’égalité au sein des médias.

XXMTL a besoin de nous pour organiser cet événement d’envergure d’une importance capitale pour faire avancer les chose. Rendez-vous sur Indiegogo pour manifester votre soutien, suivez XXMTL sur les médias sociaux, participez aux discussions et partager l’information! #JIF2015

XXMTL 1

Facebook

Twitter

Indiegogo

 

 

#TheDress par l’Armée du salut

Impossible de passer sous silence la très pertinente récupération du phénomène web #TheDress qui a enflammé Internet la semaine dernière au sujet de cette robe qui apparaissait bleue et noire pour certains, et blanche et dorée pour d’autres. L’Armée du salut en Afrique du Sud a utilisé cette image pour l’une de ses campagnes :

« Pourquoi est-il si difficile de voir noir et bleu? » peut-on lire, en anglais, sur l’affiche. « La seule illusion possible, c’est de penser que c’était son choix. » Source

THeDress

On aime la cause. On aime la créativité.

Bière de femmes

Puisqu’il s’agit d’un blogue de bière, il fallait bien en parler un peu !

Brasseurs du Monde a lancé cette semaine la bière l’Affrachie brassée par les femmes de l’équipe dans la cadre de la Journée internationale de la femme. Une partie des profits de la vente de cette bière en format 500 ml sera remise à l’organisme communautaire Avenue profession’elle, qui œuvre en Montérégie pour aider les femmes en difficulté à lutter contre la pauvreté en leur offrant une alternative professionnelle dans des métiers non traditionnels, comme celui de brasseuse. On ne peut qu’être d’accord avec cette belle initiative!

Étiquette Affranchie

L’Affranchie est une bière de couleur rousse voilée, à la mousse blanche persistante. Au nez, on dénote de complexes odeurs herbacées et résineuses de houblon ainsi que de fortes notes épicées rappelant le gingembre et le poivre. Dès la première gorgée, on note des saveurs fraîches de vanille, de caramel écossais et d’agrumes supportées par une légère amertume ainsi que des saveurs épicées. Une bière facile d’approche qui invite aux moments de convivialité et de rapprochement et dont la douce robustesse saura plaire autant aux femmes qu’aux hommes.

Si vous désirez goûter à cette bière et supporter la cause du même coup, le Broue pub Brouhaha, l’Isle de Garde et le Saint-Bock donneront 1 $ sur chaque pinte de l’Affranchie vendue en fût dans leur établissement.

Santé et bonne journée internationale de la femme !

(Et… dites donc aux femmes de vos vies que vous les aimez!)