Articles Tagués ‘Femme’

XXMTL Femmes + médias = l’heure du changement

Dans le cadre de la Journée internationale de la femme, XXMTL invite la population à contribuer au projet de création d’un événement mixte à la mi-octobre à Montréal qui permettra de réfléchir et de déterminer les actions à prendre afin d’assurer l’égalité et la représentation des femmes dans l’industrie des médias.

Pour quelles raisons est-il nécessaire d’organiser un événement sur «la représentation de la femme dans les médias» en 2015?

Le texte collectif Misogynie 2.0 : harcèlement et violence en ligne publié le 6 mars dans le journal Le Devoir résume bien la situation:

Lorsque nous prenons la parole sur le web, surtout pour dénoncer la violence sous toutes ses formes que subissent les femmes, le retour de bâton s’associe à une pluie d’insultes et de menaces: « Conne », « J’vais te venir dessus », « Féminazie », « Ostie, j’te fourrerais avec ta p’tite jupe», « Sale chienne », « Grosse truie », « Je te cockslaperais jusqu’à ce que tu fermes ta yeule », « Tu mérites de te faire gang raper », « Tu ne devrais pas avoir le droit de te reproduire », « Impossible qu’elle se fasse pénétrer par un homme sans qu’elle crie au viol », « Fermez don’ vos gueules… pendant qu’elles ferment encore! » Ceci n’est qu’un échantillon du refrain entonné ad nauseam par les graphomanes misogynes qui sévissent sur la Toile. Ces mots témoignent d’un sexisme, d’un antiféminisme, voire d’une haine des femmes si répandue qu’ils frôlent désormais la banalité.

De plus, XXMTL croit que

  • la popularité de la vidéo du discours d’Emma Watson pour la campagne de l’ONU HeForShe
  • l’indignation publique concernant l’affaire Jian Ghomeshi
  • l’onde de choc à la suite de la publication de menaces de mort à l’endroit de la critique de jeux vidéo Anita Sarkeesian
  • la vague de dénonciations d’agressions sexuelles sur Twitter avec les mots clés #BeenRapedNeverReported et #AgressionNonDénoncée

démontre que le momentum est idéal pour engager une réflexion collective sur l’égalité au sein des médias.

XXMTL a besoin de nous pour organiser cet événement d’envergure d’une importance capitale pour faire avancer les chose. Rendez-vous sur Indiegogo pour manifester votre soutien, suivez XXMTL sur les médias sociaux, participez aux discussions et partager l’information! #JIF2015

XXMTL 1

Facebook

Twitter

Indiegogo

 

 

#TheDress par l’Armée du salut

Impossible de passer sous silence la très pertinente récupération du phénomène web #TheDress qui a enflammé Internet la semaine dernière au sujet de cette robe qui apparaissait bleue et noire pour certains, et blanche et dorée pour d’autres. L’Armée du salut en Afrique du Sud a utilisé cette image pour l’une de ses campagnes :

« Pourquoi est-il si difficile de voir noir et bleu? » peut-on lire, en anglais, sur l’affiche. « La seule illusion possible, c’est de penser que c’était son choix. » Source

THeDress

On aime la cause. On aime la créativité.

Bière de femmes

Puisqu’il s’agit d’un blogue de bière, il fallait bien en parler un peu !

Brasseurs du Monde a lancé cette semaine la bière l’Affrachie brassée par les femmes de l’équipe dans la cadre de la Journée internationale de la femme. Une partie des profits de la vente de cette bière en format 500 ml sera remise à l’organisme communautaire Avenue profession’elle, qui œuvre en Montérégie pour aider les femmes en difficulté à lutter contre la pauvreté en leur offrant une alternative professionnelle dans des métiers non traditionnels, comme celui de brasseuse. On ne peut qu’être d’accord avec cette belle initiative!

Étiquette Affranchie

L’Affranchie est une bière de couleur rousse voilée, à la mousse blanche persistante. Au nez, on dénote de complexes odeurs herbacées et résineuses de houblon ainsi que de fortes notes épicées rappelant le gingembre et le poivre. Dès la première gorgée, on note des saveurs fraîches de vanille, de caramel écossais et d’agrumes supportées par une légère amertume ainsi que des saveurs épicées. Une bière facile d’approche qui invite aux moments de convivialité et de rapprochement et dont la douce robustesse saura plaire autant aux femmes qu’aux hommes.

Si vous désirez goûter à cette bière et supporter la cause du même coup, le Broue pub Brouhaha, l’Isle de Garde et le Saint-Bock donneront 1 $ sur chaque pinte de l’Affranchie vendue en fût dans leur établissement.

Santé et bonne journée internationale de la femme !

(Et… dites donc aux femmes de vos vies que vous les aimez!)

BREF. On a tous au moins une photo qui nous rappelle ce genre d’histoire… simple!

Merci Canal Plus!

 

Pour voir un autre excellent épisode, Bref. J’ai aucune mémoire, cliquez ici.

 

Fernande et la Saint-Patrick

Publié: 17 mars 2011 dans Femme
Tags:

Pour beaucoup de gens, le 17 mars représente la journée de la Saint-Patrick ou la fête nationale irlandaise. Pour moi, c’est aussi et surtout, la fête de ma grand-mère paternelle. Fernande Noël, née à Normandin au lac St-Jean, aurait eu 88 ans aujourd’hui. C’était une femme forte,  un vrai chef de famille. Aimante, ricaneuse et pétillante. Formidable comme il y en a peu! Un modèle, une inspiration.

Ma grand-mère Fernande Noël

Dans l’épisode «Sous les vents de Fairview» de Desperate Housewives (saison 4), j’ai entendu cette ode que je trouve magnifique :

«Toi qui es là, ne pleure pas devant ma tombe.
Je n’y suis pas et je ne dors pas.
Je souffle dans le ciel tel un millier de vents.
Je suis l’éclat du diamant sur la neige
Je ne dors pas.
Je suis le soleil sur les blés dorés.
Je suis la pluie, je suis la douce pluie d’automne…
Toi qui es là, ne pleure pas devant ma tombe.
Je n’y suis pas, car je vis encore.»

En tant que non-Irlandaise, je revendique aujourd’hui une toute petite partie de la fête pour rendre hommage à ma grand-mère. Et en cette journée spéciale, je m’approprie également l’attachement des Irlandais au symbole du trèfle à quatre feuilles parce que pour moi, la vraie chance, c’est d’être issu de cette femme exceptionnelle.

Maintenant que le plus important a été dit, la non-Irlandaise que je suis ira boire une bonne Guinness ce soir, parce que dans le fond, on se sent tous un peu Irlandais aujourd’hui!

Joyeuse Saint-Patrick!

(23 sept. – 20 oct. 2009)

Lors du bilan de la 15e édition du Mondial de la bière (1er juin 2008), Jeannine Marois, cofondatrice et présidente de l’événement depuis 2002, a annoncé la tenue d’un tout nouveau Mondial de la bière à Strasbourg en France. Elle avait alors souligné que Strasbourg, en tant que capitale brassicole et européenne, s’était avérée être un choix tout naturel. La concrétisation de ce beau projet étant en partie responsable de mon embauche dans l’équipe, j’étais aux anges lorsque Jeannine m’a annoncé que je partais travailler là-bas pendant un mois! Quelle chance de pouvoir être partie prenante dans cette belle aventure!

J’étais à peine arrivée à Strasbourg quand j’ai été invitée à un stammtisch. Selon Wikipédia, « le stammtisch est un type de tablée traditionnel dans la culture allemande et autrichienne » et typique de la région alsacienne. « Ce genre de réunion se fait généralement dans un coin réservé d’un bar ou d’un restaurant et permet aux gens de se retrouver autour d’un repas ou d’une bière pour discuter et s’amuser. »

Stammtisch

C’est exactement ce que nous avons fait, de 12 h à 20 h… Et comme il faisait vraiment très beau, nous avons bu notre bière nos bières sur la terrasse. Bien installée au soleil, une bonne bière à la main, j’ai pu observer l’immense, belle et majestueuse cathédrale Notre Dame de Strasbourg.

Crédit photo: Marilou Caty

« Prodige du gigantesque et du délicat » selon Victor Hugo, la cathédrale Notre Dame de Strasbourg est une cathédrale catholique romaine représentative de l’architecture gothique. Le chantier de la cathédrale telle qu’on la voit maintenant a commencé en 1176 et ne s’est achevé que plusieurs siècles plus tard, en 1439. (Source : Wikipédia)

Plusieurs histoires circulent au sujet de cette gigantesque cathédrale. En voici deux qui m’ont été contées par des amis alsaciens. J’ai trouvé des informations sur la première, elles sont tirées de Wikipédia. Je rédige la deuxième de mémoire.

« Une légende raconte que l’édifice repose sur d’immenses pilotis de chêne qui s’enfoncent dans les eaux d’un lac souterrain sur lequel rôderait une barque sans passeur, mais dont on entendrait néanmoins le bruit des rames. L’entrée du souterrain se situerait, selon la légende, dans la cave d’une maison juste en face de la cathédrale. Elle aurait été murée il y a plusieurs siècles. »

Dans les faits, la cathédrale a effectivement été construite sur pilotis enfoncés dans la nappe phréatique et remblayés, car le terrain glaiseux et mouvant était peu propice à la construction. Lors de travaux au XIXe siècle, le niveau de la nappe phréatique baissa. Les pieux se mirent à pourrir et la tour nord commença à s’affaisser. En 1906, il fallut la soulever pour injecter du béton sous ses fondations.  (Source : Wikipédia)

Une autre légende raconte qu’un artisan sculpteur qui travaillait à la devanture de la cathédrale était victime de commentaires disgracieux de la part de l’évêque de l’époque. En effet, celui-ci ne cessait de répéter à qui voulait l’entendre que les statues n’avaient absolument rien de divin et que l’artiste lui-même était sans grand talent. Choqué par ces déclarations, l’artisan se vengea en insérant dans son oeuvre une représentation de l’évêque en question…

Dans les faits, je n’ai trouvé aucune information confirmant ou infirmant cette histoire… Toutefois, regardez bien au centre de la photo… Parmi tous ces personnages, il y en a un seul dont on ne voit pas le visage…! (Cliquez sur la photo pour la voir en gros plan)

L'évêque

Dire que ce trou-du-cul est là depuis le XIIe siècle! Quel magnifique pied de nez à la Sainte Église Catholique! J’ajoute que je lui en ai fait un moi aussi, dans le stationnement juste à côté, mais cela, c’est une autre histoire…

Bien sûr, qui dit France, dit bonne bouffe! Ma première (et deuxième) fondue au fromage à Strasbourg a été dégustée Au Caquelon (9, rue des Tonneliers). Nous y avons été très bien accueillis, et ce, même si nous avons dérangé les autres clients parce que nous parlions trop fort! La troisième fois, nous avons décidé de faire changement et d’aller à quelques pas de là, à la Cloche à fromage (27, rue des Tonneliers) qui porte très bien son nom d’ailleurs (voir photo)! Je recommande l’un ou l’autre de ces restaurants, un vrai délice!

Et qui dit France, dit également bonne bière! Entre ces deux fabuleux restaurants, j’ai également découvert un endroit très agréable, le bar Les Berthom, l’un des meilleurs bars à bière de Strasbourg à mon avis (18, rue des Tonneliers). Quel nom prédestiné! « Le décor, les meubles en bois, les murs peints sont inspirés de celui d’un estaminet flamand traditionnel » et donnent à l’endroit une ambiance chaleureuse, doublée d’un personnel fort sympathique. (Source: http://www.lesberthom.fr)

Crédit photo: Marilou Caty

J’y ai terminé plusieurs de mes soirées, question de me détendre un peu et de rencontrer quelques beaux spécimens de mâles alsaciens! Que dire de plus? J’avais juste le goût de chanter I Gotta Feeling !

Pour ceux qui se poseraient la question, participer à l’organisation de la première édition d’un festival de bière à Strasbourg, CE N’ÉTAIT PAS DES VACANCES!! Ni avant, ni pendant… après oui par exemple! Le premier Mondial de la bière – Strasbourg, Europe s’est ouvert le vendredi 16 octobre 2009. Le festival a été bien accueilli, l’achalandage a été satisfaisant et les partenaires ont conclu à un succès prometteur. Pour voir des photos, cliquez ici.

Il est à noter que le jury international d’experts du concours professionnel MBière ainsi que les visiteurs ont beaucoup apprécié la bière québécoise. En effet, l’équipe de la microbrasserie Dieu du Ciel! (Montréal), s’est vu décerner une médaille d’or au concours professionnel pour sa bière Rigor Mortis Abt, ainsi que deux médailles de bronze (ex aequo) au concours Grand Public pour la Rosée d’hibiscus et la Dernière volonté. Quant à elle, la microbrasserie La Chouape (Saint-Félicien) a également remporté une médaille d’or au concours professionnel MBière pour la Chouape ambrée amère.

En conclusion, cette première expérience alsacienne a été riche en découvertes gastronomiques et brassicoles. J’ai passé un séjour très intéressant à Strasbourg, bien qu’il m’a fallu quelques jours de repos pour me remettre de mes émotions…

Crédit photo: Sylvain Gassmann

Mon aventure européenne se poursuit à Berlin, pour des vacances bien méritées… La suite, dans le prochain billet!

 Pour lire la suite, le Mondial de la bière: de Montréal à Strasbourg – partie 2, cliquez ici.

(17-18 juillet 2009)

En poste depuis seulement trois mois au Mondial de la bière, j’ai eu l’occasion de participer au Vermont Brewers Festival à Burlington. Par un fâcheux concours de circonstances, je n’avais encore jamais mis les pieds aux États-Unis!! En effet, je devais me rendre à New York pour fêter mes 30 ans, mais le voyage est tombé à l’eau… Ce fut également mon premier contact avec les douanes terrestres… pénible d’un côté comme de l’autre… rien à voir avec une célébration!

Arrivée à Burlington, j’ai été séduite par cette petite municipalité et surtout, par le site de l’événement qui faisait face au lac Champlain.

Vermont Brewers Festival 2009

Bien que l’on puisse voir sur cette photo des amateurs dégustant tranquillement leurs bières sur le bord de l’eau, il avait (beaucoup) mouillé plus tôt dans la journée! J’ai donc effectivement reçu de l’eau sur le front… un vrai baptême quoi!! À cet égard, mes collègues ont généreusement accepté de faire office de parrain et marraines et ils se sont engagés à me soutenir… et à m’aider à grandir dans la foi…re!

Quant à moi, j’ai décidé de prendre mon initiation très au sérieux!

 

Beer Goggle