Articles Tagués ‘Grand Nord du Québec’

XXMTL Femmes + médias = l’heure du changement

Dans le cadre de la Journée internationale de la femme, XXMTL invite la population à contribuer au projet de création d’un événement mixte à la mi-octobre à Montréal qui permettra de réfléchir et de déterminer les actions à prendre afin d’assurer l’égalité et la représentation des femmes dans l’industrie des médias.

Pour quelles raisons est-il nécessaire d’organiser un événement sur «la représentation de la femme dans les médias» en 2015?

Le texte collectif Misogynie 2.0 : harcèlement et violence en ligne publié le 6 mars dans le journal Le Devoir résume bien la situation:

Lorsque nous prenons la parole sur le web, surtout pour dénoncer la violence sous toutes ses formes que subissent les femmes, le retour de bâton s’associe à une pluie d’insultes et de menaces: « Conne », « J’vais te venir dessus », « Féminazie », « Ostie, j’te fourrerais avec ta p’tite jupe», « Sale chienne », « Grosse truie », « Je te cockslaperais jusqu’à ce que tu fermes ta yeule », « Tu mérites de te faire gang raper », « Tu ne devrais pas avoir le droit de te reproduire », « Impossible qu’elle se fasse pénétrer par un homme sans qu’elle crie au viol », « Fermez don’ vos gueules… pendant qu’elles ferment encore! » Ceci n’est qu’un échantillon du refrain entonné ad nauseam par les graphomanes misogynes qui sévissent sur la Toile. Ces mots témoignent d’un sexisme, d’un antiféminisme, voire d’une haine des femmes si répandue qu’ils frôlent désormais la banalité.

De plus, XXMTL croit que

  • la popularité de la vidéo du discours d’Emma Watson pour la campagne de l’ONU HeForShe
  • l’indignation publique concernant l’affaire Jian Ghomeshi
  • l’onde de choc à la suite de la publication de menaces de mort à l’endroit de la critique de jeux vidéo Anita Sarkeesian
  • la vague de dénonciations d’agressions sexuelles sur Twitter avec les mots clés #BeenRapedNeverReported et #AgressionNonDénoncée

démontre que le momentum est idéal pour engager une réflexion collective sur l’égalité au sein des médias.

XXMTL a besoin de nous pour organiser cet événement d’envergure d’une importance capitale pour faire avancer les chose. Rendez-vous sur Indiegogo pour manifester votre soutien, suivez XXMTL sur les médias sociaux, participez aux discussions et partager l’information! #JIF2015

XXMTL 1

Facebook

Twitter

Indiegogo

 

 

#TheDress par l’Armée du salut

Impossible de passer sous silence la très pertinente récupération du phénomène web #TheDress qui a enflammé Internet la semaine dernière au sujet de cette robe qui apparaissait bleue et noire pour certains, et blanche et dorée pour d’autres. L’Armée du salut en Afrique du Sud a utilisé cette image pour l’une de ses campagnes :

« Pourquoi est-il si difficile de voir noir et bleu? » peut-on lire, en anglais, sur l’affiche. « La seule illusion possible, c’est de penser que c’était son choix. » Source

THeDress

On aime la cause. On aime la créativité.

Bière de femmes

Puisqu’il s’agit d’un blogue de bière, il fallait bien en parler un peu !

Brasseurs du Monde a lancé cette semaine la bière l’Affrachie brassée par les femmes de l’équipe dans la cadre de la Journée internationale de la femme. Une partie des profits de la vente de cette bière en format 500 ml sera remise à l’organisme communautaire Avenue profession’elle, qui œuvre en Montérégie pour aider les femmes en difficulté à lutter contre la pauvreté en leur offrant une alternative professionnelle dans des métiers non traditionnels, comme celui de brasseuse. On ne peut qu’être d’accord avec cette belle initiative!

Étiquette Affranchie

L’Affranchie est une bière de couleur rousse voilée, à la mousse blanche persistante. Au nez, on dénote de complexes odeurs herbacées et résineuses de houblon ainsi que de fortes notes épicées rappelant le gingembre et le poivre. Dès la première gorgée, on note des saveurs fraîches de vanille, de caramel écossais et d’agrumes supportées par une légère amertume ainsi que des saveurs épicées. Une bière facile d’approche qui invite aux moments de convivialité et de rapprochement et dont la douce robustesse saura plaire autant aux femmes qu’aux hommes.

Si vous désirez goûter à cette bière et supporter la cause du même coup, le Broue pub Brouhaha, l’Isle de Garde et le Saint-Bock donneront 1 $ sur chaque pinte de l’Affranchie vendue en fût dans leur établissement.

Santé et bonne journée internationale de la femme !

(Et… dites donc aux femmes de vos vies que vous les aimez!)

Par Katia Bouchard

Depuis plusieurs mois maintenant, le gouvernement Charest parle du « Plan Nord », un projet d’envergure ayant pour but de développer les ressources naturelles du Québec (particulièrement les mines) dans sa partie la plus septentrionale. Quel lien est-il possible de faire entre ce projet économico politique et la bière?

Dans le texte Boum brassicole au Québec. Oui, mais pourquoi? que j’ai publié récemment sur ce blogue, j’ai abordé le fait que « [à] ce jour, toutes les régions du Québec, à l’exception de la Côte-Nord, du Nord-du-Québec et du Nunavik, possèdent au moins une brasserie artisanale ».

Selon les prévisions du gouvernement et des organisations responsables de l’analyse du « Plan Nord », la réalisation de ce projet d’envergure entraînerait l’embauche de plusieurs dizaines de milliers de personnes. Pour répondre à leurs besoins, le gouvernement devrait donc faire des investissements en santé, infrastructure, services urbains, logements sociaux, etc. En se basant sur l’histoire du développement minier du Québec (Fermont par exemple), il est possible d’imaginer que de nouvelles villes se formeraient près ces nouveaux lieux de travail et autour des services essentiels : écoles, hôpitaux, CLSC, police, aéroport, etc., et des divertissements : cinéma et… pub! Je me demande : le moment serait-il venu pour la Côte-Nord et le Nord-du-Québec de penser à l’exploitation de l’industrie brassicole?

Source: TVA / Crédit Photo: Agence QMI

Source: TVA / Crédit Photo: Agence QMI / C’est moi qui a ajouté le mot «brassicole»!

Bien sûr, nous savons qu’il est ardu d’ouvrir une microbrasserie/bistrobrasserie. Il faut d’abord un excellent cahier de recettes, puis monter un plan d’affaires en béton, trouver le financement, s’armer de patience pour obtenir les permis, s’approvisionner chez les meilleurs fournisseurs, au meilleur prix, tout en demeurant créatif et original. Ceux que l’aventure brassicole nordique pourrait intéresser auraient quant à eux des défis supplémentaires à relever, on n’a qu’à penser par exemple aux distances considérables à franchir pour l’approvisionnement… Toutefois, ces problèmes ne sont pas insurmontables. Les brasseurs ayant élu domicile dans les régions éloignées des grands centres ont déjà fait face à des défis similaires, entre autres pour la distribution de leurs bières. De cette problématique est d’ailleurs né Distribières, une coopérative de travail dont l’objectif principal est « l’optimisation des activités de distribution d’une part tout en diminuant la proportion des ressources financières que les membres doivent consentir à cette étape de leurs activités ». Il va sans dire que les entrepreneurs-brasseurs qui auraient le goût de se lancer dans le développement brassicole du Grand Nord devront eux aussi faire preuve d’audace et d’ingéniosité! Mais les défis reliés au climat et aux distances ne nous ont jamais fait peur pas vrai? D’autant plus que l’aventure coule dans nos veines… Nous n’aurions certainement pas ouvert des terres au Saguenay et en Abitibi si ce n’était pas le cas!

Ce texte est écrit au conditionnel, car j’ignore si ce projet verra le jour et même s’il est réellement bon pour l’avenir du Québec. Je crois toutefois qu’il peut être intéressant d’y réfléchir maintenant, considérant le temps que cela peut prendre pour obtenir toutes les autorisations requises! ! En tout cas, une chose est sûre : s’ils engagent effectivement des milliers de gens pour aller travailler dans le Grand Nord, une fois que leur journée sera finie, ils auront soifs! Et comme on l’entend souvent dans le milieu : la vie est trop courte pour boire de la mauvaise bière!

Ce texte est également disponible sur